Nouveau projet FERROFUTURES

L’électronique pour le calcul

Pilotes scientifiques : 

Établissement coordinateur  : Université de Bordeaux

Défi

Positionner les dispositifs mémoires ferroélectriques dans les domaines applicatifs émergents à l’horizon de 2030

Titre complet du projet

plateForme fERROélectrique pour le calcUl embarqué critique : efficaciTé, peRformancES, adaptabilité

Objectif

Mettre en évidence l’avantage de combiner les dispositifs FeRAMs à base de matériaux HZO avec une unité spécialisée dans le traitement temps réel à très faible consommation. Il s’agit selon le concept connu sous le nom de Compute-In-Place d’effectuer un prétraitement des données issues de différents capteurs pour réaliser de la fusion de données, du filtrage ou bien encore de la détection d’anomalies.

Secteur

IA EMBARQUÉE

Aperçu

L’Internet des objets (IoT) requiert le déploiement d’une intelligence artificielle (IA) de proximité, l’IAe, qui devra répondre aux exigences en termes de très faible consommation, de faible latence, de traitement temps réel, et de confidentialité. La technologie ferroélectrique possède un potentiel inégalé notamment en termes de consommation d’énergie permettant d’accéder à des fonctionnalités non-volatiles à un coût très bas et une efficacité surpassant celle des technologies concurrentes.

Sur la base des travaux pionniers sur la fabrication de mémoires ferroélectriques HZO (HfZrO2) bien plus respectueuses de l’environnement que ses prédécesseurs à base de plomb PZT (PbZrTiO3), le projet FerroFutures propose une approche de co-optimisation entre la technologie, le circuit et le système qui sera mise en œuvre selon deux axes :

• l’optimisation d’un composant ferroélectrique (FeMFET) à basse tension, avec une endurance supérieure à 1012 cycles, une lecture non destructive, et son intégration en circuits innovants pour le calcul embarqué à base de microcontrôleurs ;

• la conception de circuits et d’architectures en rupture pour la réalisation d’un système de calcul (vectoriel) de type data logger haut débit (≥ 100Mo/s) sur la plateforme du CEA MAD200 dont le démonstrateur donnera lieu à une puce de test.

Laboratoires du consortium

Publications

A suivre…

Faits marquants

A suivre…

Retour en haut